Mon opération :)

 

 

Coucou à tous, j'espère que vous allez bien et que vous profitez toujours de la lecture de mes billets ! Merci aux 283 visiteurs :)

Voilà en gros le résumé des derniers jours :

 

Jeudi 5 Août

Je devais me présenter au service de chirurgie digestive du NHC à Strasbourg à 16h00. D'importants travaux étaient en cours sur l'autoroute, donc nous y sommes allées en train (suivi du tram et de la navette de l'hôpital) et sommes arrivées juste après 16h00. Parfait. L'infirmière me demande les papiers d'admission faits la veille, le résultat de ma dernière prise de sang et ma carte de groupe sanguin... Je lui tends les documents et me rends compte que BOR**L DE M**DE !!!! j'ai oublié la carte de groupe sanguin à la maison... Et dire que je l'avais en main ce matin ! L'infirmière m'explique que cette carte est indispensable à mon opération de demain matin et qu'il est impossible d'en refaire une à cette heure-ci ! Bon quelles sont mes options ? Ma mère va donc rentrer à la maison en train, et revenir à Strasbourg avant 22h00 pour me ramener ladite carte ! MERCI maman !!!! Impossible d'imaginer qu'après ce que j'ai subi, je ne puisse pas me faire opérer à cause d'une carte en plastique... Bon, elle décide de m'admettre quand même et m'emmène en chambre : une chambre double alors que j'avais bien demandé une chambre simple lors de l'admission... Bon les choses ne se présentent pas sous les meilleurs auspices ! Je commence à ouvrir mon sac quand elle revient et me dit qu'elle a revérifié son planning et qu'une chambre simple s'était libérée le matin même ! SUPER, j'ai repris mon sac et zou, direction MA chambre. Je n'ai rien contre partager une chambre (sur le bateau, je partage une chambre bien plus petite...) mais après une opération, la moindre des choses dont on a envie est d'entendre l'autre personne se plaindre ou devoir subir ses visites (parfois encombrantes lol) Donc je déballe mes affaires, on vient me prendre la température, tension et tous les autres paramètres usuels. Le repas m'est servi peu après (soupe de légumes, yaourt nature, et compote pommes-cassis) et on m'amène la blouse chirurgicale, la charmante bouteille de Bétadine rouge (beurk j'aime pas !!!) et un bracelet à mettre demain matin avant de descendre au bloc. Maman arrive à 21h40 avec mon portefeuille et nous allons confirmer avec l'infirmier de nuit que c'est bien la seule pièce qui manque. Youpi ! Encore quelques minutes rassurantes passées avec ma mère et je vais me doucher et me coucher. Je commence sérieusement à flipper... Encore un peu de télé (système révolutionnaire où l'écran est fixé à un bras articulé (comme dans les blocs d'opération) et donc l'écran est tactile, et comprend le téléphone, Internet et quelques jeux)  et je m'endors finalement. Longue journée demain !

 

Vendredi 6 Août

J'ai dormi comme un loir (sur le ventre, la dernière fois avant pas mal de temps je suppose !) et je suis réveillée à 7h00 par l'infirmière qui me ramène un cachet relaxant ou somnifère, je ne sais plus... Je dois me redoucher à la Bétadine, mettre ma charmante blouse verte chirurgicale (vous savez, celle qui ne couvre qu'une fesse quand on pèse plus de 100kgs :), le petit bracelet avec mon nom et le type d'opération (histoire qu'on ne m'ampute pas d'une jambe...je blagueuuuh ! bon pas drôle, je sais...) et me recouche. Je devais aussi me laver les cheveux à la bétadine, mais comme je n'aurai pas droit à la douche avant quelques jours, je ruse.... je me les suis lavés au shampoing, et je les ai laissé mouillés. Hors de question que je me traîne une semaine avec des cheveux gras et poisseux beurk !)

Quand les brancardiers sont venus me chercher vers 9h30, ils m'ont ramené une jolie charlotte à mettre sur la tête et m'ont bien redemandé si je m'étais bien lavé partout avec la bétadine. "Oui, monsieur!" Ils m'ont donc emmenée au bloc (super moderne, gigantesque, des salles et des gens tout couverts de vert partout... Ils m'ont laissé dans une salle de transfert. Je somnolais à cause de mon cachet pris un peu plus tôt...

On est venu me récupérer, me mettre sur un brancard et enlever ma charmante blouse verte. De là, on m'emmène au bloc......BRRRRRrrrrrr, qu'est-ce qu'il fait froid ! On me met une couverture chauffante sur les jambes, me pose les électrodes et autres appareils de contrôle et de mesure, et là, la blague commence.... l'anesthésiste essaie de me piquer.... Alors ils ont une technique un peu bizarre de ne pas piquer dans le pli du coude et ils piquent uniquement sur la main...Bon si vous insistez, mais je vous dis qu'il n'y a pas de veine visible...Et elle insiste, elle insiste, elle me tapote sur la main, elle tapote encore et encore...me retourne la main pour piquer dans les veines du poignet...Ça fait super mal ça, madame ! Bon après une dizaine d'essais infructueux (et autant de bleus, que je découvrirai après l'opération lol) elle décide de quand même me piquer dans le pli du coude. Je ne voulais pas en rajouter une couche en disant "je vous l'avais bien dit" LOL Je me rappelle juste qu'il était 10h24 quand elle m'a injecté le produit anesthésiant...ZzzzzzZzzzzzZzzzzz

Je me rappelle plus à quelle heure je me suis réveillée, mais je me souviens que c'était en fin d'après-midi. Ma mère m'a dit plus tard qu'elle avait appelé le service plusieurs fois et qu'on lui avait dit que je m'étais réveillée seulement vers 17h00 et qu'on m'avait remontée en chambre vers 20h00 seulement. Dodo régulièrement interrompus pas prises de tension et autres... La pompe à morphine m'a bien servi mais le docteur m'avait dit que je m'en étais beaucoup servie (plus de 40 demandes dans la nuit).

 

Samedi 7 août

J'ai très mal dormi, à cause des douleurs constantes et de l'impossibilité de me coucher autrement que sur le dos (moi qui dors toujours sur le ventre, je ne vous raconte pas...). Bref, on me réveille une énième fois pour me prendre la température et la tension. Constantes toujours normales, dieu merci !

Les infirmières arrivent et me lavent les jambes et me mettent mes bandes de contention. Arf, elles sont dans le mauvais sens, et le trou au bout, c'est pour glisser le pied dedans pour ne pas qu'elles glissent.... c'est pas là pour faire joli ! Une fois bandée, elles m'aident à me lever et m'emmènent à la salle de bains pour ma première toilette de chat. AAAAAAH, j'ai la joue gauche toute bleue, c'est quoi ce délire ??? Pas de panique, on m'explique que c'est juste le bleu de méthylène utilisé pendant l'opération  Ah ouf, j'ai l'impression de m'être pris un poing ! Je réussis tant bien que mal à me laver et demande à ce qu'on me recouche; Souhait exaucé, mais je suis avertie : dès demain, il faudra que je me lève, que je marche et que je reste un petit peu au fauteuil, pour me réhabituer à reste debout. En gros, pour que je ne sois pas une loque d'hôpital !

Sinon, pas grand-chose à raconter sur cette journée, mis à part le fait que j'ai beaucoup dormi et que j'ai toujours l'impression que les médicaments dans la perfusion ne sont pas assez puissants, parce que j'ai maaaal ! On me ramène une cruche d'eau, mais je n'en ai franchement pas envie et j'ai bien trop peur de boire...Pas envie qu'une quelconque suture pète ! Maman vient me faire une visite, je suis ravie de la voir ! Elle ne reste pas longtemps, mais je sais qu'elle fait la route jusqu'à Strasbourg, et c'est toujours l'intention qui compte :) Le soir, on me ramène une tisane, mais j'ose à peine tremper mes lèvres ! L'infirmère me ramène un Lexomil et me retire la pompe à morphine et la sonde urinaire.. Super, donc ça va être une gymnastique si je veux aller aux toilettes, et en plus j'aurai mal ! Je suis ravie !!!!

 

Dimanche 8 août

J'ai encore très mal dormi. Décidément, où est passé mon sommeil légendaire ? J'ai bipé l'infirmière au milieu de la nuit pour changer la perfusion, mais elle y regarde de plus près et voit que la perfusion est totalement inutile, puisque le tube est quasment sorti du bras. Elle essaie de me piquer un peu plus loi, mais sans succès. Ai-je déja mentionné que je suis une "difficile à piquer ?"  Bref elle lâche l'affaire et avec mon accord (enfin bon, mon accord, c'est vite dit ! il est 3 heures du matin !) elle décide de ne pas me repiquer, et de me filer des cachets à la place. Je me rendors un peu, me réveille et ce cirque dure jusqu'à 8 heures du matin et regarde un peu la télé, boit ma nouvelle tisane, et ah ? on m'a ramené un yaourt nature aussi. C'est pas un peu tôt pour un yaourt ? J'en prends une demi-cuillère, mais suis vite dégoûtée...Les infirmières passent me voir avec des pansements étanches, et super génialissime, je peux aller me doucher !!!! J'ai encore beaucoup de mal à me lever, et me rend compte de mes difficultés pendant la douche. Aie, quand je me baisse ou me tourne un tant soit peu, les douleurs sont incroyables. Conclusion, je me douche droite comme un piquet. Pas transcendant, mais au moins je peux rester sous l'eau chaude. Petit pipi et là, ouch ! souci logistique, je ne peux toujours pas me baisser, rappelez-vous ! Alors s'essuyer est une grande partie de plaisir. Une fois terminé, au moins je peux mettre une chemise de nuit propre, et bon, il n'y a pas photo, on se sent tellement mieux. L'infirmère arrive pour me refaire les pansements. Elle est très contente, les cicatrices se sont bien fermées et propres. Je marche un peu dans le couloir, m'assied un peu sur le fauteuil et m'endors. Je me recouche et me relève, histoire de me bouger ! Vraiment pas facile, je me demande comment je vais faire une fois à la maison, avec un lit tout plat, qui ne se relève pas tout seul....

Pour le déjeuner, on me sert une soupe, une petite portion de crème anglaise et quelque chose aui ressemble à de la pomme liquide (pas vraiment un jus, pas vraiment une compote...) Ils espèrent vraiment qu'à J+2 je vais manger toute ça ? Une ou deux cuillérées de chaque et ça suffit. Ma nouvelle copine Séléna (en démarche pour un bypass aussi :) passe me faire un coucou. Maman et Roger passent me voir un peu plus tard. Mon beau-père adore le système interactif (télé, téléphone, internet, jeux sur un écran tactile, accorché à un bras articulé comme en salle d'op). Une fois tout ce petit monde parti, je somnole un peu. Toujours ces fichues cicatrices qui me font mal... On me sert le dîner (soupe et yaourt...j'adore ! :( je vais encore faire un petit aller-retour dans le couloir et décidément je vais me recoucher... Y'en a marre... On me remène un Stilnox cette fois-ci, vu que le Lexomil n'a eu aucun effet !

 

Lundi 9 août

Pour une fois, je dors bien, très bien même !!! Juste un réveil pour aller faire pipi, qui encore une fois, se révèlera être toute une expédition, mais bon... Maman me téléphone, ça ne va pas, toujours ces fichues douleurs ! La kiné vient me voir aujourd'hui. Elle me fait un massage autour des cicatrices (j'ai la respiration très saccadée, et suis à bout de souffle au bout de deux minutes) et on va marcher un peu plus loin dans les couloirs. En revenant dans la chambre, je me mets au fauteuil, et sens mon ventre gargouiller. C'est un très bon signe. Espérons que mon transit reprenne bientôt, parce que j'ai l'impression d'exploser ! Je prends encore quelques cachets, vais rattraper un peu de mon sommeil et vais remarcher un peu. L'après-midi se passe doucement mais sûrement. Didier, Estelle et les enfants passent me voir plus tard dans la soirée. Dorian touche à tout, comme d'habitude :) J'ai droit à mon Stilnox, et puis dodo.

 

Mardi 10 août

J'ai dormi, mais ces cicatrices me tiraillent toujours. Ca en devient très désagréable...mais dans l'ensemble ça va mieux. Je me lève, vais faire mon exercice de gym aux toilettes, et l'infirmière passe me dire que je peux aller me doucher. Je peux mouiller les pansements, mais juste faire attention à ne pas mettre trop de gel douche sur les cicatrices. Ok super ! Re-tisane, re-cuillère de yaourt et j'y vais. Je me paie même le luxe extrême de me laver les cheveux. Je me sens super bien, j'arrive à me baisser un peu et à me tourner un peu plus que lors de la dernière douche, mais les cicatrices tiraillent toujours. Une fois séchée et repyjamatée, je me couche et laisse les cicatrices à l'air en attendant que l'infirmière repasse pour me faire les pansements. Elle arrive et les désinfecte, mais me dit que ce n'est pas nécessaire de remettre des pansements, vu que les cicatrices sont propres et bien fermées. Super ! Elle me dit aussi que je peux sortir aujourd'hui !? Déjà ??? Eh bien oui, je peux me lever, me nourrir, aller aux toilettes seule, mon transit fonctionne presque correctement. Pas de raison que je reste hospitalisée, quoi ! Magnifique ! C'est prévu que maman vienne me faire une visite dans la matinée, je lui ferai la surprise :) Je prépare mon sac tant bien que mal sans pouvoir me baisser, mais quand elle arrive, je suis assise sur le fauteuil, grand sourire... Je ne pense pas qu'elle s'attendait à ça ! Bon l'infirmière passe encore me voir et me remet les papiers de sortie (ordonnance pour les médicaments et les piqûres contre la phlébite, certificat d'hospitalisation, numéro à appeler "si ça ne va pas") et nous voilà en chemin.

En arrivant à la maison, je suis déjà essouflée, je mange un peu de soupe, prends mes cachets et puis décide que ça suffit pour aujourd'hui. Maman m'aide à me coucher avec 4 oreillers et je m'endors. Je ne me relèverai que bien plus tard et avec beaucoup de difficultés pour aller dîner...

 

Voilà ma petite histoire hospitalière :) N'hésitez pas à poser vos questions !

Make a free website with emyspot.com - Report abuse